COVID 19 : Les Bars restaurants et discothèques restent en zone rouge

Avec la crise sanitaire sans précédent liée au COVID-19 / Coronavirus, les bars, restaurants et bien entendu les discothèques restent fermés. Cette réalité porte un coup très fort à la profession et les cessations d’activités, à Paris comme ailleurs, risquent de se multiplier. Le gouvernement a bien pris quelques mesures pour aider ces entreprises, notamment en passant des accords sur la suspension des loyers avec les principaux bailleurs, mais la réalité du terrain est différente : Nombre de petits restaurateurs, barmans et night clubs dans la capitale ou en province paient des loyers à des propriétaires particuliers le plus souvent. La situation est donc critique pour celles et ceux qui animent les fêtes, les événements de la nuit. Nous ne pouvions sur Boîte de Nuit Paris ne pas évoquer la question et reprenons ici l’ensemble des démarches proposées en attendant une réouverture de ces lieux de vie utiles pour bon nombre d’entre nous.

Les aides d’Etat pour les bars de nuits et discothèques

En pratique, alors même que le secteur a été touché depuis les attentats de 2015, les aides se composent essentiellement de fonds de solidarité, de report des charges (il serait bienvenu d’acter définitivement une annulation de celles-ci sur l’ensemble du semestre a minima), de négociations avec les bailleurs comme évoqué (avec une difficulté là encore bien légitime pour les petits bailleurs), de prêts garantis par l’Etat (PGE) pouvant aller jusqu’à 50% du volumes d’affaires de l’année dernière, (mais dont la mise en place est parfois chaotique avec les banques).

Une situation sanitaire critique majeure liée au virus

Ces plans de soutiens ont le mérite d’exister, c’est une réalité. Cela dit, cela reste insuffisant et bien que nombre de professionnels préparent avec soin des plans de réouverture en favorisant les effets d’une distanciation, on sait bien que la tâche se révèle probablement encore plus délicate en night-club que dans un restaurant. De toute manière, la filière restauration subit également et devrait subir également des baisses drastiques de rentabilité en rouvrant du fait de la réduction des volumes de places assises par exemple.

Bars, restaurants, boîtes de nuit devront ici se réinventer pour proposer leurs divertissements.

On évoque surtout le fait de proposer des solutions tant en masques qu’en gel hydroalcoolique, la création d’entrées et de sorties dédiées pour éviter aux gens de trop se croiser ; La réalité est que les configurations d’espaces pour les discothèques ne se prêtent généralement pas à une distanciation sociale souhaitée. Le niveau de peur des usagers sera probablement le critère permettant d’envisager une reprise d’activité en réalité.

L’attente de la réouverture de ces lieux au public

On évoque souvent une date au 2 juin 2020 pour la réouverture des bars dans les fameuses zones vertes. Paris n’en fait pas partie à ce jour comme de grandes régions festives également, à l’instar du Nord (Lille) et l’Est (Strasbourg, Mulhouse). Les critères retenus principalement sont la circulation du virus COVID-19 mais aussi l’occupation des lits (et notamment ceux de réanimation). Pour voir l’évolution des cas nouveaux, des gens hospitalisés en hôpital, des gens malheureusement décédés par département ou gerris, du nombre de lits occupés, il existe une carte très utile mise à jour quotidiennement :

Les professionnels de la nuit attendent des messages forts, espérons qu’ils soient entendus.

X.D

Laisser une réponse